Publié dans Féminisme, Littérature

Ça raconte Sarah – Pauline Delabroy-Allard (coup de coeur ♥️)

TW : maladie, deuil, rupture amoureuse.

Je ne suis pas certaine de connaître suffisamment de mots et d’avoir assez de vocabulaire pour vous parler aujourd’hui de mon second coup de coeur de l’année. Vous le savez quand j’aime en livre je ne sais pas bien en parler, tout d’un coup les mots me manquent, ils disparaissent presque me laissant avec la seule envie d’hurler au monde entier à quel point ce livre est bien. CE LIVRE EST BIEN. Je vais quand même faire un effort, essayer du moins, pour vous donner envie de vous le procurer et de vous en faire un avis.

J’ai découvert Pauline et son histoire grâce à Bliss Story, un podcast que j’écoute religieusement chaque lundi, pour débuter la semaine de la meilleure des manières possible. Clémentine, la créatrice du podcast parlait de Pauline et de son parcours de maternité incroyable, entres quelques phrases elle parle brièvement du fait qu’elle a écrit un livre, je note le titre machinalement sur un bout de papier pour ne pas l’oublier et je retourne au podcast. J’y découvre une femme forte, moderne et folle amoureuse de Sarah. Ce n’est qu’à la toute fin du podcast que mon cerveau fait un lien et si Ça raconte Sarah parlait de leur histoire à elle ?

Bingo ! Mon cerveau a eu raison. C’est donc en connaissant déjà un petit bout de l’histoire de Pauline et Sarah que j’ai plongé de toute mon âme dans Ça raconte Sarah. J’en ressors émue, troublée, pleine de joie, fière, unie, solidaire, songeuse. J’en ressors.

Je suis d’une loyauté à toute épreuve. Je ne sais pas comment te trahir, mon amour. Je ne pourrais pas aimer à nouveau, le sais-tu ?

Le livre est découpé en deux grandes parties. La première est rythmée de petits chapitres de quelques phrases seulement, poétiques. L’autrice revient sur la rencontre avec Sarah, sur la passion, l’amour fou, la découverte, le sexe, la peur de perdre l’autre. La seconde bien que plus courte paraît plus longue car les chapitres deviennent plus denses, ils traînent sur des pages. L’autrice parle de la colère, de la peur, du deuil, de la rancoeur, de la détresse, de s’a(b)imer.

J’ai lu ce livre d’une traite, en apnée, je n’ai pas su poser le bouquin même pas pour manger. J’ai profondément aimé cette banalité de l’instant qui est sublimée. J’ai profondément aimé être plongée dans l’intimité de ce jeune couple que tout oppose, jusqu’à la société. J’ai profondément aimé ce besoin charnel de voir leur amour volcanique perdurer et ne surtout pas s’essouffler. Parce que finalement c’est un peu ça que ça raconte une histoire d’amour, des moments volés, des mots sur de l’intime, des phrases sur de la passion, des détails sur elles. Ça raconte l’amour, la fusion des corps, la fusion de l’âme (soeur), puis l’absence qui dévaste au point de ne plus se (re)connaître.

Coup de foudre immense, je n’en rajouterais pas plus. Ah, si, l’autrice glisse des références cinématographiques et littéraires dans certains chapitres, c’est joliment parsemé, par-ci par-là et ça vaut le coup de prendre des notes pour se laisser surprendre.

Après la première nuit, être loin d’elle devient une aberration

Note : 5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/2UimVMK

Auteur :

Illustratrice - Féministe - Lectrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s