Publié dans Littérature

Célestine du bac – Tatiana de Rosnay

Pour les personnes qui me suivent depuis l’époque de Tartinneauxpommes, cette époque où j’étais booktubeuse, vous le savez sans doute, Tatiana de Rosnay est une autrice que j’affectionne particulièrement, j’ai tout lu (ou presque) d’elle ! En tant que grande adepte de ses écrits j’étais très curieuse de découvrir son dernier roman en date, mais, malheureusement, je n’ai pas ressenti la magie habituelle et j’en ressors plutôt déçue, je vous explique tout ça de ce pas !

Le livre se divise en deux grandes parties une première qui m’a vraiment beaucoup plu et une seconde qui selon moi se perd un peu, qui devient trop fantastique et qui m’a pour le coup laissé de côté. Dans ce texte on découvre le personnage de Martin, un jeune adulte de 18 ans, issus de bonne famille qui aime plus que tout écrire. En parallèle on découvre à quelques pas de la rue où vit Martin, le personnage de Célestine, une vieille dame, sans domicile fixe qui elle aussi visiblement aime écrire. Tout oppose ces deux protagonistes : âge, sexe, milieu social mais leurs chemins se croisent un jour et ils vont faire un petit bout de ce chemin ensemble.

Ce que j’ai aimé dans ce texte c’est qu’il dénonce beaucoup de problèmes de sociétés très actuels. La première partie tisse la rencontre de Martin et Célestine et véritablement elle m’a profondément émue, ces deux êtres qui n’ont rien en commun et qui s’apportent mutuellement énormément. La bonté, sagesse, bienveillance de Martin, qui du haut de ses 18 ans est plus mature et respectueux que le 3/4 des adultes qui l’entourent, m’a vraiment touché. Le personnage de Célestine aussi qui porte son lot de difficulté et de désarroi, qui est fermée comme une huitre et qui petit à petit va laisser Martin entrer dans sa vie et son quotidien un peu foireux. Toutefois dès la seconde partie, on ne se focus plus que sur le personnage de Martin et on oublie ce duo qui m’a tant touché. On parle seulement d’amour, de quête de soi, c’est très fleur bleu tout en laissant apparaître le début d’une intrigue fantastique. L’autrice m’a perdu, moi qui aimait le fait que l’on dénonce, que l’on mette en lumière l’entraide et la bienveillance dans la première partie, ce ne sont plus du tout des thématiques abordées dans la seconde, on est plus sur un conte et ça m’a fait perdre pied.

Ce livre s’achève sur un mot de l’autrice où Tatiana de Rosnay nous informe qu’elle a écrit ce livre entre 1990 et 1993 et qu’il avait été refusé par son premier éditeur, il est donc resté toutes ces années durant dans un carton. Cela explique peut-être le fait que moi qui ai tout lu d’elle je me suis pas spécialement retrouvée entre ces lignes et c’est bien dommage parce que je ressors au global plutôt déçue de ma lecture.

Note : 2.5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3zh4ffN

Auteur :

Illustratrice - Féministe - Lectrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s