Publié dans Classiques de la littérature

Anna Karénine – Tolstoï

Résumé de l’histoire (avec spoiler)

Anna Karénine est une jeune femme mariée à Alexis Karénine. Un jour, Anna se rend à Moscou chez son frère, Stiva Oblonski, qui lui demande de venir pour prendre sa défense vis-à-vis de sa femme Dolly. Ce dernier l’a trompé, il s’en veut terriblement et souhaite renouer des liens avec son épouse qui de son côté ne consent à lui pardonner. Il fait donc appel à sa sœur pour apaiser un peu les tensions familiales. 

En descendant du train qui l’amène voir son frère, elle croise le comte Vronski. Anna tombe folle amoureuse de lui, malgré le fait qu’elle soit déjà mariée à Alexis. Elle lutte contre cette passion nouvelle mais s’y abandonne et finit même par tomber enceinte. Se sentant coupable elle décide d’avouer son infidélité à son mari qui souhaite mettre fin à cette relation et divorcer afin de pouvoir garder le contrôle sur son image. 

La grossesse d’Anna se déroule très mal, en effet, après avoir accouché, Anna tombe extrêmement malade et se sent mourante. Prise de désespoir elle envoie un courrier à son mari, lui demandant son pardon, ce qu’il fera ému par ses remords. Anna ne mourra pas, elle partira faire sa vie avec Vronski et leur fille. Elle finira par sombrer dans la folie à cause de sa jalousie maladive et décidera de mettre fin à ses jours pour ne plus avoir à supporter ce mal-être qui ne cesse de croître en elle. 

En parallèle de cette histoire, nous suivons un autre couple celui de Kitty et Lévine. Kitty est la sœur de Dolly et est en âge de se marier. Un jour Lévine lui demande sa main, Kitty refuse car elle ressent une passion dévorante pour Vronski. Néanmoins ce dernier se prend d’amour pour Anna qu’il croise à la gare et décide de partir avec elle laissant Kitty seule, désemparée et en détresse. Kitty reviendra sur ses positions et renouera un lien avec Lévine, se rendant compte, au demeurant, que l’amour peut parfois mettre du temps à se créer au sein d’un couple mais qu’il reste toujours plus fidèle que la passion sur le long terme (cf. Anna et Alexis mais également Stiva et Dolly).

Bref, il y a pas mal d’intrigues amoureuses dans ce roman, toutes se croisent et toutes s’apportent mutuellement quelque chose, c’est véritablement passionnant ! 

L’analyse littéraire

On est directement plongé dans le quotidien de trois couples de la haute bourgeoisie russe du XIXème siècle qui ont des problèmes ma foi très actuels : infidélité, jalousie, passion, peur du regard des autres…

  • Dolly qui a été trompé par son mari se résigne à lui pardonner mais ne l’aimera plus vraiment, elle restera avec lui plus par convention qu’autre chose.
  • Anna, mariée, tombe folle amoureuse de Vronski et prend le risque de mettre à mal son statut social par passion.
  • Lévine qui est fou amoureux de Kitty sait qu’il n’a jamais été le premier choix de Kitty et ne pourra s’empêcher d’être jaloux de tous les autres hommes autour de lui. 

Néanmoins, Anna Karénine, n’est pas seulement un roman d’amour ou un roman sur l’adultère. En effet c’est également un roman sur la quête de l’absolu, sur ce besoin de tout obtenir de manière insatiable. Le roman est nettement plus sombre qu’il n’y paraît puisque pour, Anna par exemple, seule la mort réussira à la rassasier. L’histoire d’Anna, comme celle de tous les protagonistes de ce roman, pourrait se résumer à une quête du bonheur, à une quête du parfait, mais ces quêtes ne sont qu’illusoires puisqu’elles sont impossibles à atteindre. Le bonheur parfait n’existe pas, nous sommes tous obligés de passer par des moments un peu down pour connaître des moments plus doux, par des phases de désillusions et d’épreuves difficiles pour caresser un jour l’idée d’être heureux. 

Concernant les protagonistes, ils ont tous un rôle majeur à jouer dans ce roman. Toutefois là où les trois quarts des lecteurs d’Anna Karénine ont trouvé que Lévine était le personnage le plus intéressant et bien je ne m’y retrouve pas. Selon moi c’est le personnage d’Anna qui est passionnant et fascinant. En effet, elle tient plusieurs rôles dans cette histoire et c’est pour cela que c’est le personnage que j’ai préféré suivre. Anna est une femme qui attire les regards, elle est moderne et se fiche de ce que peuvent penser les personnes de son rang, seul son bonheur l’importe.  En effet, le fait de quitter son mari, pour vivre avec son amant va totalement à l’encontre des mœurs de l’époque. Elle ose partir, elle ose se montrer en présence de Vronski dans la haute société, elle ose vivre sa vie comme bon lui semble. Selon moi Anna est l’incarnation de la liberté dans ce roman, ce qui le rend moderne. 

Décidément, tu ne veux voir dans la femme qu’une couveuse !… Oui, elle s’occupe de sa fille, elle l’élève même très bien, mais elle ne fait pas parade de cette enfant. Ses principales occupations sont d’ordre intellectuel : elle écrit.

Et c’est d’ailleurs ce qui m’a profondément frappé avec Anna Karénine, c’est un œuvre moderne, qui se démarque, elle parle d’adultère mais elle souligne également l’injustice que subissent les femmes dans ce monde hypocrite de la haute bourgeoisie. Anna est une féministe avant-gardiste, elle fait des choix pour elle sans prendre en considération les autres et elle fait surtout ce que font tous les hommes de l’époque sans pour autant être jugés et pointés du doigt. Elle croque la vie a pleine dent et n’écoute pas les qu’en-dira-t-on ! C’est un personnage qui peut paraître très frigide mais c’est au contraire un personnage d’une grande sensibilité qui ne peut se contenter de vivre une vie sans passion. 

J’ai d’ailleurs au cours de ma lecture était très surprise de voir à quel point Tolstoï se met facilement à la place de ses héroïnes féminines. Les passages qui relatent de la maternité sont réels et pas du tout édulcorés, moi qui suis enceinte à l’heure où j’écris ces mots, je me suis souvent retrouvée dans le discours de toutes ces femmes.  

Si notre jolie Kitty enlaidit pour le moment, combien à chaque grossesse ne dois-je pas être affreuse !… Et puis les couches, les affreuses couches, le déchirement de la dernière minute, les misères de l’allaitement, les nuits d’insomnie, toujours des souffrances, des souffrances atroces !… Et Dolly tressaillit au souvenir des crevasses aux seins dont elle souffrait à chaque grossesse.

Un autre personnage sur lequel on ne met selon moi pas assez l’accent, c’est celui d’Alexis, le mari d’Anna. C’est un homme qui travaille énormément, c’est justement ce côté workaholic qui fera que son épouse ira voir ailleurs, elle s’ennuie dans son mariage et a besoin d’un peu de fantaisie. Néanmoins, Alexis est un homme issu d’un rang plutôt haut au sein de la société et il laisse sa femme le tromper sous réserve qu’elle reste discrète. Il tolère l’adultère sous réserve qu’il ne se fasse pas aux yeux de tous. Dans le fond c’est celui qui souffre le plus et qui perd le plus. Il devient la risée de toute un rang, il n’a plus d’épouse, il pardonne Anna quand elle est au plus mal et est profondément attristé de sa mort malgré tout. C’est un personnage qui a une profonde empathie, qui ne souhaite pas spécialement faire du mal à ses proches. C’est un personnage qui m’a fait beaucoup de peine, puisqu’il est profondément bon mais cela ne lui réussit pas vraiment car sa bonté est plus perçue comme une faille qu’autre chose. In fine c’est le personnage qui a le plus perdu de plumes dans ce roman. 

Finalement quand on y réfléchit Anna Karénine c’est un roman qui se veut encore très actuel, il dépeint une société fausse, dans le paraître, qui veut tout et tout de suite et qui met de côté les femmes ainsi que les bonnes personnes. Oui, je sais, c’est flippant de se dire que le monde n’a pas vraiment avancé depuis la publication de ce livre ! 

Mon avis

Je n’ai jamais osé lire ce livre avant, j’avais peur que le style soit trop difficile et au vu du nombre de pages j’avais peur de perdre pieds mais vraiment pas, le style de Tolstoï est très accessible pour peu que l’on passe un peu sur les noms russes assez délicats à retenir je vous l’accorde 😛 

Ce livre c’est la vie, la vraie, il n’est pas romancé, pas exagéré, il est réel. C’est un roman qui permet de mieux appréhender la haute société russe de l’époque et ses sournoiseries tout en revenant sur la condition des femmes de l’époque. C’est un texte riche et audacieux qui se doit d’être lu et qui mérite son appellation de classique de la littérature. Je reviendrais tôt ou tard vers Tolstoï, je suis trop curieuse de découvrir le reste de ses œuvres et voir s’ils sont tous aussi bons qu’Anna Karénine

J’ai adoré et je recommande vraiment ! Le nombre de page peut effrayer mais vraiment ne vous fiez pas aux apparences, on ne les voit pas passer !

Elle voit en vous une véritable héroïne de roman, et prétend que, si elle était un homme, elle ferait mille folies pour vous.

Pour aller plus loin sur Anna Karénine

  • Mention spéciale pour le film de Joe Wright avec Keira Knightley, Jude Law en acteurs principaux, que j’ai désiré regarder à la suite de ma lecture et qui est je trouve extrêmement fidèle à l’oeuvre littéraire. Si vous ne vous sentez pas de partir sur la lecture sans savoir de quoi ça parle je vous invite chaudement du coup à vous regarder ce film, qui date de 2012 et qui est très bien réalisé.
  • La vidéo YouTube de la chaîne de vulgarisation littéraire au 80 000 abonnés, Le mock sur l’oeuvre entière.
  • La version audio, disponible sur Audible gratuitement pour le mois d’essai ! (je touche une petite commission si vous testez l’offre gratuite)

Note : 4.5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/2UCLmVN

Auteur :

Illustratrice - Féministe - Lectrice

5 commentaires sur « Anna Karénine – Tolstoï »

  1. Tu en parles particulièrement bien !

    C’est un roman qui m’a surprise, puisque je m’attendais à ce que l’on croise davantage l’héroïne dont il porte le nom – alors qu’elle est davantage une présence dans les vies de chacun. Je me suis aussi attachée à Lévine, mais je pense qu’il y a aussi le fait qu’il ait beaucoup la parole dans ce récit qui entre en jeu là-dedans !
    Ton analyse d’Anna est très juste en tout cas, et je suis heureuse de voir que tu mentionnes le mari d’Anna, qui m’avait aussi ému.

    J'aime

    1. Oh mais c’est vraiment gentil ça, merci 🙏

      Je suis ravie de lire que le livre t’a plu aussi et que toi aussi tu as pu ressentir de la compassion pour le mari d’Anna ! Je me sens moins seule 😛

      Merci pour ton petit passage par ici et ton mot, ça me fait sincèrement chaud au coeur.

      Aimé par 1 personne

  2. Quelle jolie et travaillé chronique que tu nous présentes ici 😉

    Personnellement, je suis passé totalement à côté de ce récit et je n’ai pas apprécié la fresque des personnages présenté par l’auteur. Cependant, j’ai adoré découvrir la société russe de l’époque.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton retour, ça me touche vraiment 😃

      Oui, c’est très intéressant ! Je peux comprendre après que ça ne parle pas à tout le monde, les personnages ont des caractères particuliers hihihi ! Bon week-end à venir et merci pour ton petit passage par ici 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s