Publié dans Romans graphiques

Nos droits, leurs combats – Edith Chambon et Irène Cohen-Janca

Un roman graphique très intéressant qui parle de tous les droits que nous avons dans notre société moderne pour lesquels des personnes se sont battus longuement par le passé afin de les acquérir. Entre faits historiques sous forme de frise chronologique et pages de BD, ce texte est ma foi, très complet et traite de thématiques importantes sans que ça n’en devienne barbant ! Son côté très visuel et très graphique lui donne l’avantage de pouvoir être compris par tous sans grande difficulté ! Une belle découverte qui pourrait clairement être un outil pédagogique pour des professeurs d’écoles, à mettre entre toutes les mains donc et à avoir dans les bibliothèques scolaires, CDI et médiathèques !

Mention spéciale à mon amie Tess qui a prêté sa plume et son savoir pour toute la partie sur le droit d’aimer qui l’on veut ! Merci Tess de toujours trouver les mots, tu es une belle personne !

Note : 4 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/2SdQgqV

Publié dans Romans graphiques

Grimoire noire – Vera Greentea & Yana Bogatch

Je suis plutôt déçue de ma lecture à vrai dire. J’ai acheté ce roman graphique parce que je trouvais les illustrations somptueuses et qu’à la lecture de la quatrième de couverture, je trouvais l’idée de marier sorcellerie et thriller très interessante (cf. ma dernière lecture Diabolica).

Or… mise à part ces illustrations somptueuses j’ai trouvé l’histoire très plate. Le scénario n’apporte pas grand chose, les échanges entre les protagonistes sont fades et n’ont que très peu d’intérêts… C’est vraiment dommage, ceci dit j’ai toutefois bien aimé le côté abolition du patriarcat qui est rapidement développé mais au delà de ça, le texte n’a selon moi pas de réel intérêt ce qui fait qu’en toute sincérité et bien je me suis véritablement ennuyée…

Finalement, les illustrations sont le gros atout de cette BD mais ça ne fait pas tout… Dans l’ensemble je garde un bon souvenir du livre parce que c’est visuellement une claque mémorable tant les pages sont sublimes mais l’histoire en tant que tel ne casse pas trois pattes à un canard et laisse un arrière goût doux-amer.

Note : 2.5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3dvSABD

Publié dans Romans graphiques

Annie Sullivan & Helen Keller – Joseph Lambert

Un roman graphique tiré d’une histoire vrai que j’ai découverte étant lycéenne. J’ai trouvé le tout très touchant et captivant.

Pour recontextualisé on est dans les années 1880 et on découvre Helen Keller enfant qui est devenue aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se retrouve alors dans l’incapacité de communiquer avec son entourage jusqu’au jour où Annie Sullivan sa préceptrice, elle-même malvoyante va lui enseigner la langue des signes puis l’écriture afin de pouvoir se faire comprendre des autres. Cette histoire est bouleversante, humainement touchante et émouvante. Mon empathie m’a remise à ma place plusieurs fois, quelques larmes ont même eu le temps de glisser sur mes joues. Mention spéciale aux illustrations qui, selon moi, représentent vraiment bien les émotions d’Hellen, ses craintes, ses appréhensions et sa détresse psychologique.

Note : 4 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/30HcQJp

Publié dans Romans graphiques

C’est comme ça que je disparais – Mirion Malle

TW : Dépression, burn-out, pensées suicidaires.

Ce roman graphique m’a profondément bouleversé. J’ai beaucoup pleuré, j’ai même dû faire quelques pauses dans ma lecture pour arriver au bout sans que ça ne remue trop de choses chez moi. C’est comme ça que je disparais est une bande dessinée qui parle avec une justesse dingue de la dépression et du fait de se sentir parfaitement vide, de ne plus rien ressentir du tout. Ce livre a fait écho en moi parce que j’ai malheureusement vécu une période de dépression où plus rien n’avait de goût, de sens, de lumière, j’étais profondément vide. Les raisons de mon côté ne sont pas du tout les mêmes que celles évoquées par Mirion mais la finalité est la même un mal-être constant et l’impression de n’être compris par personne, d’être faible de blesser les personnes qui tiennent à soi. En écrivant ces mots j’ai les mains qui tremblent au dessus de mon clavier parce que c’est fou à quel point cette BD m’a bluffé par sa véracité. De mon côté je m’en suis sortie et cela fait maintenant quelques années que cette période sombre est bien loin derrière moi mais il faut croire que lire à ce sujet me touche encore beaucoup même des années après.

Le personnage de Clara est d’une justesse merveilleuse, le fait d’avoir réalisé toute la bande dessinée en noir et blanc est une idée fabuleuse, les mots employés par les proches de Clara pour lui faire ouvrir les yeux sont absolument parfaits et nécessaires. Bref je ne vais pas accorder plus de lignes encore à ce roman graphique mais je l’ai aimais plus qu’à la folie et je sais d’ores et déjà qu’il va longtemps faire être dans le podium de mes coups de coeur BD et que je vais le relire bien trop de fois. Merci Mirion pour tes mots, ta justesse, tes planches et pour la thématique. C’est un chef d’oeuvre.

Note : 5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3vpShzo

Publié dans Féminisme, Romans graphiques

Les digitales | Fabienne Legrand

Un livre a mi chemin entre le témoignage, l’essai et le roman graphique qui aborde avec beaucoup de justesse la place des femmes dans le milieu numérique. On y trouve des témoignages de femmes ayant du se battre pour être acceptée dans le milieu, des témoignages du sexisme qui s’empare des métiers digitaux mais également une mine d’information concernant toutes ces femmes qui ont agit dans l’ombre ou pas parfois pour faire de notre monde numérique celui qu’il est aujourd’hui. Les planches illustrées rajoutent beaucoup de rondeur et d’humour pour casser le côté un peu trop sérieux des sujets abordés. Toutefois j’ai trouvé ce texte trop court, j’aurais aimé que l’on creuse davantage et qu’il y ai parfois plus d’essais que de témoignages. Je ressors donc de cette lecture ravie d’avoir appris de nouvelles choses mais vraiment sur ma faim, il manque pour moi une trentaine de pages plus explicatives qui auraient parlé des sujets plus en profondeur.

Note : 3 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3qNJVyE

Publié dans Féminisme, Romans graphiques

Saison des roses | Chloé Wary

Un roman graphique qui m’a plus dès le début par sa thématique très actuelle, on va parler du sexisme dans le milieu du sport, c’est très intéressant, très bien amené et le sujet semble parfaitement maîtriser. Les injustices, les insultes, les coups-bas, les efforts bien plus importants que l’on demande aux femmes plutôt qu’aux hommes, les retours sur les tenues vestimentaires comme quoi une fille sportive est forcément pas féminine. Concernant le style graphique on aime ou on aime pas, cela semble être réalisé au feutre et de mon côté j’ai adoré, c’était surprenant et original puis pour le coup j’ai trouvé que la thématique se mariait assez bien avec ce côté très traditionnel du dessin. Une belle découverte qui amène de belles réflexions autour du féminisme et de la condition de la femme dans un milieu sportif et bien souvent très masculinisé.

Note : 3.5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3pnWpeX

Publié dans Romans graphiques

Le mari de mon frère T2 et T3 | Gengoroh Tagame

Une suite toujours aussi belle que son premier tome. Le personnage de Kana est toujours aussi touchant et le papa commence tout doucement à apprécier Mike, le mari de son frère. Les préjugés amenés sont très bien dosés et même si l’univers se veut tendre et doux, les propos restent parfois troublants (cf la scène de la maman d’une amie de Kana, qi ne veut pas que sa fille aille chez Kana après les cours parce qu’elle a de mauvaises fréquentations). Je passe toujours un très bon moment en compagnie de cette famille que l’on voit évoluer et je me languis où tout ça va nous mener.

Note : 3.5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3pRyRQE

___________________________________________________________________

Ce tome 3 est pour le moment mon préféré pour la simple et bonne raison que Yaichi, le papa de Kana devient de plus en plus tolérant envers Mike, il ne le considère plus seulement comme un homosexuel mais comme un membre de sa famille. Ils réussissent à tisser des liens et partager des moments uniques entre eux. Par le prisme de Yaichi on se rend compte que les adultes se questionnent bien plus sur ce qui est bien et pas bien qu’un enfant, puisque Kana est innocente et ne voit rarement le mal, elle est nature peinture et partage ses émotions ouvertement ce qui permet aux adultes (et au lecteur) de se questionner sur ce qui est juste ou pas. Une chose est sûre c’est qu’au plus on avance dans l’intrigue au plus on s’attache aux personnages et au moins on a envie de les quitter. Il ne me reste, de mon côté, plus qu’à trouver le dernier tome pour pouvoir achever la saga et avoir le dénouement de cette histoire.

Note : 4 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3pSyRQr

Publié dans Romans graphiques

Le mari de mon frère, T1 | Gengoroh Tagame

J’ai envie de lire cette mini série de manga depuis une éternité mais sans jamais avoir pu mettre la main dessus à la bibliothèque jusqu’à aujourd’hui. Oui, j’aurais pu l’acheter mais c’est quelque chose que je fais rarement pour les mangas puisqu’en règle général il y a trop de tomes et que selon moi ça devient trop rapidement une rente, breeeeeeef, je m’égare. Je suis donc tombée sur le tome 1, 2 et 3 à la médiathèque pour mon plus grand bonheur et j’ai donc pu commencer la série.

Au global, j’ai passé un très bon moment, je trouve l’univers doux, mignon et Kana la petite fille extrêmement attendrissante et innocente. Et, il faut l’avouer, ça fait beaucoup de bien avec la période. J’ai par contre eu un petit peu plus de mal avec le papa de Kana, qui semble avoir beaucoup d’apriori, beaucoup de non-dits et qui pour moi n’en fais pour le moment pas un personnage attachant. Affaire à suivre ! 🙂

Note : 3.5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3cCAFJC

Publié dans Romans graphiques

Le garçon sorcière, T1 | Molly Knox Ostertag

Lecture réalisée sous les conseils avisés de Louise (@schausette) et comme toujours j’ai adoré ! On découvre dans ce roman graphique, Aster, 13 ans qui souhaite devenir sorcière, hors dans son village, seules les filles peuvent devenir sorcières, les garçons eux doivent devenir métamorphes. Cependant malgré cette tradition il éprouve une fascination pour la sorcellerie et va tant bien que ma essayer de trouver sa place dans un monde où les règles n’ont pas l’air de vouloir évoluer.

J’ai adoré ! C’est bienveillant, tolérant, doux, chaleureux. Les personnages sont uniques, on voit que l’autrice à fait un véritable travail de recherche pour représenter le plus de personnes possibles : les couleurs de peaux sont multiples, les couleurs de cheveux également, il y a quasiment autant de filles que de garçons, plusieurs générations sont représentées, un petit gars a des yeux vairons, une maman a des formes généreuses, bref je pourrais continuer ainsi un long moment mais je pense que vous avez saisi l’idée. Le message sous-jacent de s’accepter tel que l’on est m’a mis un smile immense pendant toute ma lecture. C’était vraiment moderne et frais ! Le travail éditorial aussi est complètement dingue, les illustrations sont très colorées et très chaudes. Bref je suis fan, je m’impatiente de pouvoir savourer la suite et de voir Aster prendre encore plus confiance en lui dans les deux autres tomes.

Note : 4 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3cc2J65

Publié dans Romans graphiques

Lou ! : Sonata, tome 1 | Julien Neel

Je ne vais surement pas être du tout objective, il faut comprendre que j’ai grandit avec Lou et que c’est sans aucun doute mon héroïne préférée. Redécouvrir ce petit bout de femme intrépide, téméraire et drôle m’a fait le plus grand bien en ce début d’année.

L’histoire n’est pas la plus originale du monde certes, ce sont des petits moments de tranche de vie d’une jeune adulte qui part loin de chez elle pour étudier, elle découvre les aléas de la vie en solo, les joies d’avoir un appartement rien qu’à elle, les premières soirées un peu trop arrosée qui terminent en gros trou noir, la solitude, la détresse, la désillusions du choix d’étude : ces dernières lui correspondent-elles vraiment ?

Tout en douceur, Julien Neel dépeint le quotidien du début de vie d’adulte et de cette indépendance nouvelle, c’est beau, ça m’a rendu nostalgique par moment et par d’autres pas du tout, je crois que j’aime aussi beaucoup le fait d’avoir enfin trouvé ma voie et de ne plus tâtonner comme Lou peut le faire dans ce tome. Je m’impatiente déjà de pouvoir découvrir la suite de cette histoire et de me plonger dans ces planches colorées et pastellées qui émanent une douceur de vivre paisible et réconfortante.

Note : 4.5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3qdEZCB