Publié dans Littérature

Une femme – Annie Ernaux (coup de coeur)

TW : deuil, décès d’une mère.

Je ne sais pas par où commencer. Je suis totalement bouleversée par ce livre, par les mots d’Annie Ernaux qui vient de perdre sa mère, par l’incipit qui permet de rendre la mort de cette mère plus vraie pour elle, par la narration brouillonne qui ne suit aucune logique mais qui paraît si authentique, si pure quand on y réfléchit vraiment : comment structurer ses pensées face à la mort de sa maman ? Les souvenirs ne viennent-ils pas au compte goutte tantôt beaux, tantôt étrange ? Ce n’est pas du tout mon premier texte de l’autrice (cf. Mémoire de fille et La femme gelée), je l’affectionne beaucoup mais je pense que de tous celui-ci empreint de réalisme m’a d’autant plus touché.

En fait, je ne suis pas sûre de réussir à rendre hommage à ce texte comme il le faudrait, donc je vais m’arrêter sur ces quelques phrases. Lisez ce livre, il est beau. C’est un diamant brut, il donne l’impression qu’aucun travail de réécriture n’existe et que seules les pensées mises sur le papier ont fait le livre, tout en suivant la chronologie de ces pensées.

Attention toutefois si vous avez perdu votre maman (ou une figure maternelle) et que vous ne vous sentez capable de lire un texte sur le deuil, évitez de vous le procurer, ce n’est vraiment pas un livre à lire !

Note : 5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3CU8fEN

Publié dans Maternité et Parentalité

Avec toi – Pauline Delabroy-Allard (coup de coeur)

Un album pour enfant d’une douceur absolue que je recommande aussi bien pour les petits que les grands.

L’histoire se déroule sous le point de vue de la petite fille et de la maman en même temps. Sur chaque page on voit presque la même scène mais sous un angle de vue différent, un coup celui de la maman, puis celui de la petite fille. L’ensemble est illustrée à merveille et dans un univers aussi doux qu’un nuage par Hifumiyo.

Sous chaque page illustrée il y a les textes de Pauline, l’autrice de Ça raconte Sarah et Maison-Tanière que j’ai lu tous deux cette année et que j’ai aimé à la folie. Chaque petit texte, commence par un bruit, puis, au fil des pages, on se concentre sur les odeurs, la vue, les sensations, le goût. On prend le temps de vivre une journée entière avec ces deux protagonistes du saut du lit jusqu’au couchée. On prend le temps de prendre le temps sur des moments du quotidien, sur des instants volés de la journée. C’est beau, apaisant, reposant, touchant. L’album entier montre l’amour d’une mère envers sa fille et l’amour d’une fille pour sa mère. L’album est poétique à souhait, les illustrations sont douces et amènent une quiétude et une douceur de vivre qui se glisse au fil de chaque page.

Un coup de coeur absolu du coup pour cet album merveilleux, que je m’impatiente déjà de faire découvrir à l’amour de ma vie : ma fille.

Note : 5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3nQU8fc

Publié dans Féminisme, Littérature

Ça raconte Sarah – Pauline Delabroy-Allard (coup de coeur ♥️)

TW : maladie, deuil, rupture amoureuse.

Je ne suis pas certaine de connaître suffisamment de mots et d’avoir assez de vocabulaire pour vous parler aujourd’hui de mon second coup de coeur de l’année. Vous le savez quand j’aime en livre je ne sais pas bien en parler, tout d’un coup les mots me manquent, ils disparaissent presque me laissant avec la seule envie d’hurler au monde entier à quel point ce livre est bien. CE LIVRE EST BIEN. Je vais quand même faire un effort, essayer du moins, pour vous donner envie de vous le procurer et de vous en faire un avis.

J’ai découvert Pauline et son histoire grâce à Bliss Story, un podcast que j’écoute religieusement chaque lundi, pour débuter la semaine de la meilleure des manières possible. Clémentine, la créatrice du podcast parlait de Pauline et de son parcours de maternité incroyable, entres quelques phrases elle parle brièvement du fait qu’elle a écrit un livre, je note le titre machinalement sur un bout de papier pour ne pas l’oublier et je retourne au podcast. J’y découvre une femme forte, moderne et folle amoureuse de Sarah. Ce n’est qu’à la toute fin du podcast que mon cerveau fait un lien et si Ça raconte Sarah parlait de leur histoire à elle ?

Bingo ! Mon cerveau a eu raison. C’est donc en connaissant déjà un petit bout de l’histoire de Pauline et Sarah que j’ai plongé de toute mon âme dans Ça raconte Sarah. J’en ressors émue, troublée, pleine de joie, fière, unie, solidaire, songeuse. J’en ressors.

Je suis d’une loyauté à toute épreuve. Je ne sais pas comment te trahir, mon amour. Je ne pourrais pas aimer à nouveau, le sais-tu ?

Le livre est découpé en deux grandes parties. La première est rythmée de petits chapitres de quelques phrases seulement, poétiques. L’autrice revient sur la rencontre avec Sarah, sur la passion, l’amour fou, la découverte, le sexe, la peur de perdre l’autre. La seconde bien que plus courte paraît plus longue car les chapitres deviennent plus denses, ils traînent sur des pages. L’autrice parle de la colère, de la peur, du deuil, de la rancoeur, de la détresse, de s’a(b)imer.

J’ai lu ce livre d’une traite, en apnée, je n’ai pas su poser le bouquin même pas pour manger. J’ai profondément aimé cette banalité de l’instant qui est sublimée. J’ai profondément aimé être plongée dans l’intimité de ce jeune couple que tout oppose, jusqu’à la société. J’ai profondément aimé ce besoin charnel de voir leur amour volcanique perdurer et ne surtout pas s’essouffler. Parce que finalement c’est un peu ça que ça raconte une histoire d’amour, des moments volés, des mots sur de l’intime, des phrases sur de la passion, des détails sur elles. Ça raconte l’amour, la fusion des corps, la fusion de l’âme (soeur), puis l’absence qui dévaste au point de ne plus se (re)connaître.

Coup de foudre immense, je n’en rajouterais pas plus. Ah, si, l’autrice glisse des références cinématographiques et littéraires dans certains chapitres, c’est joliment parsemé, par-ci par-là et ça vaut le coup de prendre des notes pour se laisser surprendre.

Après la première nuit, être loin d’elle devient une aberration

Note : 5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/2UimVMK

Publié dans Littérature

Entre toutes les mères – Ashley Audrain (coup de coeur ♥️)

TW : Deuil, relation mère-fille, secrets de famille.

Par quoi commencer ? Ce texte m’a profondément émue, j’ai aimé cette histoire du début à la fin sans interruption avec une telle puissance… Pfiouf ! C’est beau, parfaitement bien écrit, les mots sont sélectionnés avec soin et le rythme des chapitres est dominé d’une main de maître : j’en ai eu le souffle coupé, à plusieurs reprises. C’est un énorme coup de coeur bien évidemment, au point que je voudrais l’oublier pour pouvoir me réimprégner de cette sensation merveilleuse que j’ai pu ressentir en tournant les pages. Entre douceur, détermination, secret de famille et poids de la maternité, je vous présente aujourd’hui Entre toutes les mères, le premier roman d’Ashley Audrain, qui est une autrice à suivre de très près.

Lire un roman sur la maternité en étant enceinte, on aurait pu penser que ce n’était pas une bonne idée et pourtant, je pense que c’était le bon moment, le moment idéal, celui qui fait que tout a résonné en moi bien plus fort que ce que je ne l’aurais imaginé après mon passage en caisse en librairie.

J’ai aimé la justesse des mots, j’ai aimé la simplicité de la vie menée par les personnages, j’ai aimé les petits moments de tranche de vie où l’on peut s’arrêter et prendre le temps d’observer les détails du petit déjeuner sans que ça n’ai de répercussion sur l’intrigue, j’ai aimé prendre le temps avec Blythe, j’ai aimé Blythe et son amour pour les mots, pour son mari, pour sa famille qui se déchire, j’ai aimé perdre la notion du temps en lisant ce livre parce que j’étais trop à fond pour véritablement penser à autre chose que lire, j’ai aimé la pression qui monte jusqu’à la dernière page et qui fait de ce livre un texte ovni à mi chemin entre littérature contemporaine et thriller, j’ai aimé surligner des phrases parce qu’elles sont belles, parce qu’elles sont poétiques, parce qu’elles sonnent bien, parce qu’elles parlent de la vie avec une élégante simplicité, j’ai aimé aimer ce livre. À vrai dire, j’ai tellement aimé que j’ai envie de l’offrir à tout le monde même à ceux qui ne lisent pas juste pour qu’ils puissent l’avoir chez eux, comme un totem.

Entre toutes les mères est une histoire vraiment particulière qui parle de la maternité et de la relation mère-fille autrement : les peurs, les doutes, la rancoeur, le regret, l’amour, la haine tout y passe. Ashley Audrain a réussi en moins de 400 pages à offrir un roman très addictif, troublant au plus haut point qui se dévore parce que la curiosité l’emporte sur la raison et que cette famille ordinaire en devient extraordinaire par son histoire malaisante. Comme le dit l’autrice elle même, ce roman est un « drame psychologique raconté à travers le prisme de la maternité » et c’est ce mélange invraisemblable qui le rend tout bonnement excellent.

On a souvent tendance à me reprocher de ne pas savoir parler de mes livres coup de coeur parce que je laisse trop l’émotif prendre le dessus et c’est bien vrai, je ne sais pas en parler, je ne sais pas quoi dire (ou plutôt écrire) pour donner envie de le lire. J’ai juste envie d’hurler : « faites-moi confiance ce livre est une pépite ». Mais, en même temps, j’ai peur de décevoir, peur qu’il ne soit pas à la hauteur pour les autres, peur d’en faire trop et que ça fasse l’effet contraire. Donc j’en parle avec des mots qui n’ont ni queue ni tête mais au moins j’en parle et je me dis que peut-être que tout ce déferlement de mots sans ordre précis pourra vous donner envie, ne serait-ce que par curiosité de vous laisser tenter.

C’est à ce jour mon plus gros coup de coeur de l’année donc bien évidemment que je vous le recommande chaudement. De mon côté je vais m’arrêter là avant d’en faire trop. Je vous laisse sur une citation du livre qui retranscrit à merveille selon-moi ce mélange doux-amer qu’offre l’autrice durant tout le roman :

Il arrive qu’un mariage parte à la dérive. Nous ne réalisons pas toujours à quel point nous nous sommes éloignés, mais soudain l’eau rejoint l’horizon et nous avons l’impression que nous ne parviendrons jamais à faire demi-tour. Cherchez le battement de coeur de l’autre dans le courant. Vous vous trouverez toujours. Et ensuite, ensemble, vous rejoindrez la terre ferme. »

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/3uA24RB

Publié dans Poésie

Home Body | Rupi Kaur (le coup de coeur 🧡)

En le recevant je savais que j’allais l’aimer, je savais que j’allais le dévorer bien trop vite et que j’aurais envie que l’on m’efface la mémoire pour redécouvrir ce texte (oui rien que ça.)

Rupi Kaur est sans aucun doute l’une de mes autrices préférées. Je suis une fan absolue de son travail et ce troisième recueil ne déroge pas à la règle, c’est un coup de cœur pour moi 🧡.

Dans Home Body on parle de féminisme, de sororité, de dépression, d’anxiété, d’immigration, de libertés, de viol, de trahison, d’amour des autres, d’amour de soi, un peu d’écologie et également de slow living. Que des thématiques fortes, denses, profondes qui m’ont touché outre mesure.

Je vous le recommande, évidement, ce n’est une surprise pour personne et je vous préviens d’avance offrez-vous un surligneur si vous ne cornez pas les pages de vos livres ou un petit carnet si vous ne les annotez pas parce que de jolies phrases inspirantes il y en a des dizaines et surtout certaines amènent à de très belles réflexions que moi j’ai eu envie de garder quelque part pour ne pas les oublier.

Note : 5 sur 5.

S’offrir le livre tout en me soutenant : https://amzn.to/382dzJj

(Pour rappel il sort le 04/03 en librairie, ruez vous dessus. Ce livre est trop beau pour ne pas être mis dans les mains de tous 🌞)

Publié dans Féminisme

Sorcières | Mona Chollet

Mon livre préféré de l’année je pense. Toutes femmes de ce monde se doit de le lire, on comprend tellement plus de choses sur notre condition de femme dans la société passée et actuelle. C’est brillant. Pour le coup c’est un essai abordable et facile à lire, rien à voir avec un Simone de Beauvoir donc pas d’excuses pour ne pas le lire. Chaque grande partie de ce livre m’a profondément émue et m’a fait ouvrir les yeux sur moi en tant que femme dans une société patriarcale, c’est bluffant, c’est puissant, c’est époustouflant. Bref c’est un immense coup de foudre de mon côté, je recommande ce texte envers et contre tout à toutes femmes du monde. Un chef d’œuvre !

Note : 5 sur 5.

Se l’offrir tout en me soutenant : https://amzn.to/3gO1ys8